Mise en extension

Lorsque la toile d’un tableau s’est rétractée sous l’effet des variations d’humidité, la couche picturale, n’ayant plus assez de place, va former des soulèvements en forme de « toits ». Ces pertes d’adhésion ne pouvant être refixées, il est nécessaire de mettre la toile en extension sur un bâti auto-tenseur. Celui-ci va tirer petit à petit sur la toile afin qu’elle retrouve ses dimensions initiales.

Si les soulèvements sont refixés sans extension préalable de la toile, la couche picturale va s’écailler et s’écraser. L’intégrité physique de l’œuvre sera atteinte définitivement et sa valeur esthétique et patrimoniale en seront diminuées.

Mise en extension sur bâtis d’extension d’une nature morte datant du XIXème siècle.