Doublage et rentoilage

Lors de la restauration d’une œuvre sur toile, il est possible que l’état d’oxydation de la toile d’origine rende l’œuvre très fragile et ne puisse supporter le poids de l’œuvre. Dans ce cas, il est possible de consolider la toile d’origine en effectuant un rentoilage ou un doublage de la toile.

Il existe différentes techniques à la disposition du restaurateur.

Le rentoilage et le doublage :

Le doublage et le rentoilage sont des techniques permettant le maintien et le renfort du support d’origine de l’oeuvre. Ces opérations peuvent être longues et fastidieuses, pouvant nécessiter beaucoup de matériels.  Lorsqu’une peinture sur toile est trop déchirée, il est possible la renforcer par une nouvelle toile, qui lui servira de soutien.

Plusieurs techniques sont alors envisageables :

  • Les rentoilages à la colle de pâte, à la cire-résine ou encore avec des adhésifs synthétiques contenant de la paraffine.
  • Le doublage avec l’aide d’adhésifs synthétiques.

Le doublage désigne généralement l’opération consistant à doubler la toile originale d’un revêtement collé sur son revers.

Avec l’apparition des résines synthétiques et de nouvelles méthodologies appliquées, il est possible de distinguer différentes opérations de remise en plan, de refixage et de renfort du support. Le terme de “doublage” permet de désigner précisément, et uniquement, l’opération de renfort.

Le doublage peut avoir des fonctions de protection ou de présentation, et peut faire office de couche d’intervention.

Techniquement, un rentoilage désigne le renfort de la toile d’origine par apport d’une autre toile au dos, fixée par le biais de colle naturelle ou d’une colle de pâte. Un doublage se réfère au même principe, mais un adhésif synthétique sera appliqué à la place de la colle de pâte.

Dans les deux cas, la toile de renfort pourra être une toile d’origine naturelle (lin, jute, coton, chanvre) ou bien une toile synthétique.

Les techniques intervenant sur le support de l’œuvre pour un meilleur maintien, sont des interventions lourdes. Cela peut avoir des conséquences néfastes pour l’œuvre, si la technique n’est pas parfaitement maîtrisée. Il nécessite l’emploi de la chaleur et de la pression : les deux additionnées représentent toujours un risque important pour les empâtements originaux de l’œuvre.

Pose d’une toile synthétique pour le doublage de l’oeuvre.