Retrait du vernis et des repeints

Lors de son arrivée en restauration, un tableau peut présenter une couche ou une succession de couches de vernis. Ceux-ci peuvent avoir un degré de vieillissement différent, en fonction de leur nature et du vécu de l’œuvre.

Après un nettoyage et un décrassage de l’œuvre, il est possible d’alléger ou de retirer ces couches de vernis. Cela est décidé en fonction de l’état physique et chimique du vernis.

Cette opération est certainement une des opérations les plus importantes dans le domaine de la restauration des tableaux.

De nombreux solvants sont à la disposition du restaurateur. Ils sont utilisés par mélange de différents pourcentages, réduisant ainsi l’action des solvants sur le vernis. La couche picturale originale est, par conséquent, parfaitement respectée. 

Il faut parfois agir sur le vernis sans la moindre action mécanique, c’est à dire, sans excercer le moindre frottement. Le geste doit alors être sûr et maîtrisé. Par ailleurs, de nombreux tableaux comportent beaucoup de glacis originaux, qui peuvent être confondus avec le vernis oxydé. Un glacis est une couche transparente colorée, riche en huile ou vernis et pauvre en pigments, qu’il est capital de préserver.

Le retrait ou l’allègement du vernis ne doivent être réalisés qu’avec une parfaite maîtrise des solvants et des gestes à effectuer et associés à une parfaite compréhension de l’œuvre. La méfiance et la rigueur s’imposent ; un tableau qui a perdu ses glacis a également perdu son intégrité physique, ses nuances profondes, tout ce qui en fait son âme et sa valeur matérielle.

De nombreux solvants utilisés peuvent être nocifs pour la santé lors de leurs applications. Le restaurateur doit se protéger en portant un masque de type P3, ainsi que des gants anti-solvants, une blouse et des lunettes de protections.

Lors de ces opérations, le restaurateur doit connaitre la composition chimique de ses produits et de leurs réactions, dans le but d’éviter tout incident. Il est nécessaire d’insister sur ces éléments, car la toxicité de certains produits n’est pas à prendre à la légère et nécessite des connaissances techniques, mais aussi chimiques et physiques des molécules.

La sécurité est une partie essentielle de notre métier, que ce soit pour l’œuvre ou pour le restaurateur.