Lumière UV

Les études faites sous lumières UV permettent de détecter des restaurations précédentes. Généralement, cela révèle la présence d’anciens repeints. Certains repeints, âgés de plus de cent ans , pourraient ne pas être perceptibles.

Portait d’un homme, datant du XVIII ème siècle, Observation de l’oeuvre sous lumière UV. Les lueurs verdâtres démontrent la présence d’un vernis. Les zones foncées révèlent la présence de repeints.

Cela peut s’expliquer par un vieillissement des matériaux ou bien par la présence de multiples couches de vernis, ayant un taux de vieillissement différent ou une forte opacité.

La présence d’une lumière UV peut aussi faire ressortir la fluorescence de certains pigments qui permet de les identifier et donc de permettre de définir la période de création de l’œuvre.

Certains pigments ont en effet été utilisés durant des périodes définies. Les couleurs terres sont par exemple utilisées depuis les premières peintures préhistoriques. D’autres, comme le violet de Han, pigment de synthèse (*) n’a été utilisé en chine que pendant la période Han.

Les couleurs dites de cadmium sont utilisées depuis le XIXème siècle. Le jaune de Cadmium est, par exemple, présent dans les peintures françaises et allemandes depuis environs 1829.

Enfin, l’utilisation de la lumière UV permet de mettre en évidence la présence de vernis sur une œuvre.

(*) Pigment qui ne se trouve pas à l’état naturel. Il est crée chimiquement.